Rhum Compagnie des Indes, le meilleur rhum dans le monde !

La compagnie des Indes est une entreprise française créée en 1664 par Colbert. Elle a pour but de développer le commerce avec les colonies et d’assurer la sécurité des navires marchands. Cette société est à l’origine de la colonisation française en Amérique du Nord, en Afrique et en Asie. Elle a été fondée par Colbert, un ministre de Louis XIV qui souhaitait développer le commerce avec les colonies. La Compagnie des Indes fut créée pour garantir la sécurité des navires marchands et assurer leur retour à bon port.

La compagnie des Indes, une histoire de rhum

La compagnie des Indes est une société qui a été créée en 1765 par James de Rothschild. Elle avait pour objectif de permettre à la France de s’implanter efficacement sur le marché indien, afin d’y faire face à l’expansion britannique. L’histoire de la compagnie des Indes est intimement liée au développement du commerce maritime et aux échanges entre l’Europe et l’Inde.

La Compagnie des Indes était aussi appelée « Société royale des Indes » jusqu’en 1784. Cette date marque la fin de sa création. Le siège social se trouvait au Palais-Royal à Paris et elle fut dirigée par un conseil d’administration composé de cinq membres, dont trois directeurs généraux, un secrétaire général, un trésorier et un contrôleur général. Les activités principales de la sociétés étaient le commerce maritime, les importations, les exportations ainsi que la fabrication d’armes et munitions militaires.

En 1816, la Compagnie des Indes devint une société anonyme sous le nom de « Compagnie Générale du Commerce Extrême ». En 1819 elle fut renommée « Compagnie Générale pour le Commerce et l’Industrie » puis finalement en 1832 « Société Anonyme pour le Commerce et l’Industrie ». La Compagnie des Indes fit faillite en 1839 suite à son rachat par le gouvernement français. Il faut savoir qu’aujourd’hui encore, il existe une réplique exacte du navire amiral « Le Ville-de-Paris » qui est exposée au musée national Maritime situé dans le port Vauban à Toulon (France).

Le rhum, un monde à part

On a tous entendu parler de la Compagnie des Indes. La compagnie des Indes, c’est le nom que les navigateurs portugais donnèrent aux navires qui partaient à la découverte du monde lorsqu’ils s’aperçurent qu’ils étaient capables d’en revenir plus riches que lorsqu’ils avaient embarqué. Cela ne se faisait pas sans mal, car les navires devaient affronter le grand océan et les pirates qui peuplent les mers. Pour cette raison, ils devaient emporter un trésor avec eux.

Ce trésor était composé de marchandises et non d’or ou de bijoux comme on pourrait le croire. En contrepartie, ils pouvaient ramener des épices rares en provenance des pays inconnus qu’ils rencontraient sur leur chemin. Les Portugais ont donc inventé la Compagnie des Indes pour pouvoir faire du commerce avec ces nouveaux territoires dont ils ignoraient tout et qu’ils appelaient «îles».

Le rhum, une passion

La production de rhum est une activité qui remonte à l’époque coloniale. Aujourd’hui, la Compagnie des Indes orientales continue d’être le principal producteur mondial. Les nombreuses distilleries établies en Indonésie et aux Antilles produisent environ 70% du rhum vendu dans le monde. La plupart des autres pays producteurs sont les Caraïbes et l’Afrique de l’Ouest. Les nombreuses distilleries établies en Indonésie et aux Antilles produisent environ 70% du rhum vendu dans le monde.

Les principaux pays producteurs de rhums sont :

  • Indonésie (61%)
  • Caraïbes (17%)
  • Venezuela (2%)
  • Porto Rico (1%)

Le rhum, un métier

La compagnie des Indes est une entreprise fondée en 1662 et spécialisée dans la vente de rhum. L’entreprise a été créée par François Poivré, qui était alors directeur de l’Hôtel de Ville. La société fut initialement active dans le commerce du tabac, avant de se tourner vers le rhum. En 1765, elle vend son premier lot de rhum à la reine Marie-Antoinette, ce qui lui permet d’asseoir sa réputation sur le marché international, notamment auprès des Anglais. La production et la commercialisation du rhum sont pourtant encore très peu développées à cette époque.

En effet, les habitants des Antilles ne consomment que très peu d’alcool durant les soirées chaudes et humides qu’ils passent sur les plages. Il faut attendre 1803 pour que Napoléon offre un bon coup de pouce à l’industrie locale du rhum en interdisant la vente d’alcool aux colonies françaises. Cette mesure favorise grandement le développement des activités liées au rhum en France métropolitaine.

La crise économique frappe donc particulièrement fortement les colonies antillaises : nombreux sont ceux qui se retrouvent sans emploi suite au passage du cyclone Betsy, qui a ravagé Saint-Martin et Saint-Barth en 1780. Le gouvernement français prend alors une mesure radicale : il va interdire tous les produits locaux afin de permettre aux agriculteurs et artisans français de reconquérir le marché intérieur.

Le rhum, un art de vivre

Le rhum est un produit de luxe qui fait partie du patrimoine culturel et gastronomique des Caraïbes. Au cours du temps, il s’est imposé comme le reflet d’une tradition ancestrale et raffinée. Lorsque l’on parle de rhum, on pense immédiatement aux îles des Caraïbes où les premières plantations ont été créées au XVIIème siècle. Aujourd’hui, cette boisson mythique est distillée selon la même méthode qu’au XVIIème siècle : en colonne à repasse (ou colonne à distiller).

Cette technique permet d’obtenir un alcool pur qui titre entre 65 et 85° d’alcool. Le rhum a vu le jour en Haïti, au XVIIIème siècle, grâce aux colons français qui ont rapporté des plants de canne à sucre de Martinique. Il existe plusieurs types de rhums agricoles :

  • les « blancs » sont issus de la distillation du jus fermenté provenant exclusivement du sucre naturel des cannes à sucre ;
  • les « ambrés » proviennent quant à eux d’un assemblage sucré-salé (malt-chocolat) ;
  • les « vieux » sont obtenus par la double distillation (2 passages successifs en colonne) du jus sucré issu de jus frais de cannes à sucre ;
  • les « noirs » sont élaborés par le broyage puis la fermentation du jus non fermentable provenant exclusivement du sucre naturel des cannes à sucre.

Les arômes caractéristiques que procurent toutes ces variétés permettent au rhum d’être considérée comme une boisson complexe et raffinée.

Le rhum, un plaisir

Le rhum est le spiritueux de base des Antilles et de la Réunion. Il s’agit d’un alcool produit à partir du jus de canne à sucre. Le rhum est un des alcools les plus anciens au monde, puisqu’il a été inventé en 1565 par les Hollandais, qui deviendront les propriétaires officiels de cette eau-de-vie vers 1620. C’est un spiritueux assez fort, qui titre environ 60° d’alcool et dont le goût peut varier selon la variété de canne à sucre utilisée pour sa fabrication. On distingue trois grands types de rhums :

  • Les agricoles : ils proviennent exclusivement du jus de canne à sucre.
  • Les industriels : ils sont obtenus par l’assemblage d’eaux-de-vie provenant du jus de différentes variétés.
  • Les traditionnels ou artisanaux : ils sont faits par distillation directe du pur jus de canne à sucre.

Le rhum, un voyage

La Compagnie des Indes est une entreprise fondée en 1602, qui a pour objectif d’acheminer le rhum de la Martinique vers la France. En 1665, le roi Louis XIV autorise les négociants français à exporter du rhum vers l’Europe et les colonies françaises.

Cette décision permet à La Compagnie des Indes de s’imposer comme un acteur majeur dans le commerce du rhum. Aujourd’hui, La Compagnie des Indes commercialise son produit dans plus de 120 pays au monde. Si vous êtes intéressé par l’histoire du rhum, La Compagnie des Indes vous propose de découvrir comment cet alcool est arrivé jusqu’à nos tables.

Laisser un commentaire